Pirates des Caraibes le RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Petit lexique maritime

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Petit lexique maritime   Dim 19 Aoû 2007 - 21:52

Pour améliorer nos rp surtout en mer quoi de mieux de connaitre un peut les termes des marins..Voici un petit aperçu du vocabulaire des voiliers.Si vous avez des shémas ou des trucs à rajouter ça ne pourra qu'être mieux .Pour le moments ,je cherche

Citation :
ABATTEE : Faire osciller le navire autour de son axe en l'éloignant du lit du vent. Un navire fait une abattée lorsqu' augmente l'angle de sa quille avec le lit du vent. On dit alors qu'il abat, ou qu'il laisse porter.

ABATTRE : Faire une abattée.

ADONNER : Le vent adonne lorsqu'il souffle d'une direction se rapprochant davantage de l'arrière du navire.

ACCULADE : Donner des coups d' acculade. Choc de l'arrière du navire contre la vague.

AMER : Point de repère sur la côte.

AMURE : Bord du navire qui reçoit le vent.
- Manoeuvre du point inférieur d'une voile situé qu côté où souffle le vent. Manoeuvrer bâbord ou tribord amures : du côté où vient le vent.

ARTIMON : Voile latine arrière fixée au mât d'artimon. (Mât d') qui est le plus prêt de l'arrière.

AULOfée : Un navire fait une aulofée lorsqu'il réduit l'angle de sa quille avec le lit du vent. On dit alors qu'il lofe ou qu'il vient dans le vent.

AUSSIERE : Gros cordage.

AVIRON : Rame d'embarcation.

Bagues : Anneaux de fer, de bois ou de cordages servant à enverguer soit une voile triangulaire (foc, artimon, étai), soit une voile aurique (brigantine) et glissant lorsqu'on hisses la voile, le long d'un étai, d'une draille ou d'une glissière.

BALANCINE : Cordage partant du sommet d'un mât et soutenant les extrémités de vergues.

BANC : Elévation rapide du fond de la mer.

BANC : Pièce de bois dans un doris pour s'asseoir à ramer (ou nager).

BANDE : Inclinaison que prend le navire pour des causes diverses.

BANNETTE : Couchette du marin.

BANQUISE : Amas de glaces morcelées.

BARATES - GAINES : Equipement des voiles.

bardi : Cloison longitudinale volante en bois établie dans l'axe des cales d'un navire chargé de grains en vrac afin d'empêcher les marchandise de riper, de se porter toute du même bord et de compromettre ainsi l'assiette du navire dans les violents coups de roulis.

BATAYOLES : Montants supportant la lisse.

BEAUPRE : Pièce de bois qui s'appuie sur l'étrave et qui supporte le bout-dehors. Mât placé à l'avant du navire, plus ou moins obliquement, en prolongement du gaillard.

BER ou BERCEAU : Assemblage de madriers pour tenir un navire droit, quand il doit échouer.

BISTOUILLE : Eau de vie.

BITORD : Petit cordage goudronné servant à la protection d'un fil d'acier ou d'un gros cordage (par enroulement).

BITTURE : Action de monter la chaîne d'ancré sur le pont avant de mouiller. L'adoption de guindeaux brisés, à couronnes à empreintes, qui dévirent la chaîne directement de son logement, a rendu cette opération très rare. Se dit aussi d'un homme qui a trop bu.
- Prendre une bitture signifie s'enivrer.

BITURE : Portion de chaîne de mouillage préparée à l'avance pour laisser filer l'ancré de mouillage avec une certaine vitesse.
Se dit aussi d'une bonne cuite de marin.

BORDEE : Partie de l'équipage opérant par roulement pour la manœuvre du navire.

BOSSE : Cordage de 5 m de long fixé à l'avant du doris pour le maintenir le long du bord ou l'amarrer.

BOSSOIR : Pièce de bois débordante du navire sur laquelle est fixée l'ancre.

BOUCAILLE : Brume humide avec faible pluie.

BOUJARON :
- Ration d'eau de vie
- Petite mesure de six centilitres représentant la ration journalière d'alcool du marin de la voile.
- Petit récipient en fer blanc d'une contenance de 30 cl environ.

BOURLINGUER : Travailler dur ici et là.

BOUT-DEHORS : Mât presque horizontal placé sur le beaupré sur lequel sont placés les focs.

BRAI : Matière résineuse provenant du sapin servant à protéger l'étoupe entre les bordés.

BRAS :
- Palans ou cartahus servant à orienter les vergues.
- Filin servant à orienter ou à brasser les vergues suivant la direction du vent.

BRASSE : Mesure marine de 1,63 m de long.

BRASSER : Orienter les vergues.

Brasser carré : - à angle droit avec la quille.
- Orienter les vergues perpendiculairement à l'axe du navire.
- Un navire à l'allure du vent arrière a ses vergues brassées carré.

BRUINE : Pluie fine.

BULOTS : Coquillages. Escargot de mer qui, la coquille brisée, sert d'appât sur l'hameçon.

CABANE : Couchette de marin.

CABANER : Chavirer, se retourner.

CABILLOT : Grosse cheville en bois ou en fer traversant les rateliers, placées généralement sur la lisse pour tourner les manœuvres courantes.

CACATOIS : Partie des grands mâts avant et arrière, qui supporte les voiles du même nom.

CACHER : Se dit d'un navire coulé volontairement et frauduleusement pour en toucher l'assurance de la coque et du chargement. Ceci ne se faisait que lorsqu'un navire était usé et que l'équipage était d'accord et certain de se sauver. Cacher un navire constitue un acte de « baraterie » sévèrement puni dans tous les pays du monde et, si on prétendait qu'il y en a eu quelques cas aux grandes pêches, citait au cours de campagnes très mauvaises. Certains de n'avoir rien à toucher au retour, les hommes signaient sans difficultés un faux rapport et touchaient, pour prix de leur complicité, une part du chargement fictif bien assuré. Officiellement, il n'a jamais été trouvé dans les archives de cas de ce genre.

CAISSON : à la fois siège et armoire du marin.

CAPE : Allure de gros temps. Voiles réduites au minimum.

CAPEYER : Tenir le navire à la cape. Un navire est en allure de cape lorsque par très gros temps, il ne peut faire route. Il tient alors le "plus près" plus ou moins serré en réduisant sa voilure et dérivant sous l'action du vent, créant ainsi au vent une zone de mer relativement calme.

CAPOT : Ouverture pour la descente dans les logements ou dans les cales.

CARENE : Partie immergée du navire.

CARGUE : Manœuvre servant à étrangler une voile pour la serrer sur la vergue. Cordage servant à serrer les voiles, à les carguer.

CARRÉ : Espace souvent rectangulaire sur lequel donnent tous les logements et qui sert de salle à manger commune pour le personnel gradé.

CARTAHU : Filin passant dans une poulie simple pour charges légères.

CHAMBRE : Se dit de l'ensemble des logements à l'arrière du navire.

CHARTE-PARTIE : Contrat qui définit la répartition du règlement financier des marins.

CHASSE : Se dit d'un navire qui entraîne son ancre.

CHIOTTES : Vieux, mauvais bateau.

CHOQUER : Mollir, filer une amarre.

CLIPPER : Voilier fin de carène.

CLOCHE de BOSSOIR : Située sur la proue.

COQ ou CHEF : Appellation de cuisinier sur tous les navires de commerce.

courant ou manoeuvre courante : Se dit d'un filin dont une seule de extrémités est fixe, l'autre servant à recevoir l'effort des hommes.

COURANTS : Mouvement naturel de l'eau.

.


Dernière édition par le Dim 19 Aoû 2007 - 21:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Petit lexique maritime   Dim 19 Aoû 2007 - 21:53

Citation :
DADIN : Oiseau de mer voisin de la mouette du goëland.

DALOT : Ouverture dans la paroi du navire pour laisser s'écouler l'eau.

DEBORDER : Pousser au large.

DEBOUQUER : Sortir de.

DEBOUTS (VENTS) : Contraires à la direction souhaitée du navire.

DEMAILLER : Enlever l'axe d'une manille, laisser filer la chaîne.

DERALINGUER : Perdre sa ralingue.

DERAPER : Soulever l'ancre du fond.

DIABLOTIN - MARQUISE - MISERE : Série de petites voiles fixées au mât d'artimon.

dormant ou manoeuvre dormante : Partie fixe d'un cordage. point ou se trouve ce cordage.

DRAILLE : Cordage généralement en acier fixé à un mât sur lequel glissent les bagues d' une voile lorsqu' on la hisse.

DRISSE : Cordage servant à hisser une voile.

drome : On désigne sous cette appellation les vergues et mâts de rechange généralement disposés et saisis sur le pont d'un voilier.

DROSSER : Pousser un navire en dehors de sa route (subir vents et courants).

ECOUTE : Point inférieur d'une voile du côté opposé à celui ou souffle le vent. Cordage d'orientation de la voile.

ELINGUE : Filin pour envelopper et soulever une charge.

ELINGUER : Préparer, amarrer une charge pour l'enlever.

empointure : Angle supérieur d'une voile carrée ou d'une voile aurique. La voile carrée en possède deux : une à tribord, et une à bâbord.

ENCALMINE : Voilier à l'abri ou immobilisé faute de vent.

ENVERGUER : Mettre une voile en service sur sa vergue.

epissoir : Sorte de poinçon en fer ou de bois servant à écarter les torons d'un cordage lorsqu' on y fait une épissure.

ESTIME : Calcul de la position du navire en tenant compte du cap, de la vitesse et des courants.

faséyer : Battre au vent. Se dit d'une voile qui reçoit le vent dans l'axe de sa surface et qui n'étant plus gonflée, de ce fait, claque au vent.

FATRAS : Vieux cordages, (fig.) Insulte envers quelqu'un de mauvais.

FLECHES : Voiles triangulaires placées en haut des mâts, soit de la grand'voile ou de l'artimon. Ils se carguent et se serrent dans les hunes.

FOCS : Voiles triangulaires fixées sur le beaupré et sur le bout-dehors ; il existe le petit foc, le grand foc, le clin-foc et le ballon.

FRAICHIR : Se dit du vent lorsque celui-ci augmente.

fuite devant le temps : Allure d'un navire qui ne pouvant plus tenir sa route manoeuvre de façon à recevoir le vent de l'arrière et à "fuir" devant les lames. Il faut alors que la vitesse du navire soit supérieure à celles des lames, sinon celles-ci déferleront par l'arrière et risqueront de produire de graves avaries.

GABIER : Homme chargé de monter dans la mâture pour la manœuvre des voiles.

GAGNER : Progresser dans une direction.

gambe de revers : Partie supérieurs des haubans dont le pied est fixé sur la tête du mât et l'autre extrémité sur le bord de la hune.

GALHAUBAN : Hauban supplémentaire.

GODILLER : Faire avancer une embarcation à l'aide d'une seule rame à l'arrière de l'embarcation.

GRAND'VOILE : Voile latine fixée au grand mât.

GUEUSE : Masse de fer pesante.

GUINDEAU : Appareil pouvant fonctionner à la main, moteur ou vapeur et servant à monter, à descendre la chaîne et l'ancré de mouillage.

HAUBAN : Fil d'acier fixé d'une part à la tête du Mât de l'autre à la paroi extérieure du navire, destiné par le degré d'écartement à soutenir, consolider ce mât.

HOUACHE : Remous que laisse derrière lui le navire en marche.

HUNE : Extrémité supérieure du mât là ou les haubans sont assujettis à ce mât. Hune de misaine, hune de grand mât, hune d'artimon, hune de perroquet.

HUNIERS : Voiles carrées intermédiaires entre la misaine et le perroquet. Il existe deux huniers, le hunier fixe et le hunier volant qui se hisse et se trouve placé au-dessus du hunier fixe.

ITAQUES : Filins généralement en fil d'acier fixés par une extrémité à une voile ou une vergue sur lequel on agit avec un palan destiné à la manœuvrer.
Les drisses des vergues, les écoutes et amures des voiles sont généralement munies d'itagues à bord des grands voiliers.

JAMBETTE : Prolongement des membrures au-dessus du pont.

JAS : Parties de l'ancré fixée à 90 degrés par rapport à la vergue et qui permet aux pattes de se tenir en position pour crocher le fond.

laisser porter : voir Abattée.

LAME : Vague.

LANCHAS : Grosse embarcation de transport à fond plat.

LARGUE : Allure du navire par rapport au vent.

LEGE : Navire vide.

LISSE : Bordage supérieur au-dessus du pont.

LIT : Direction d'où vient le vent.

LOF : Côté du navire exposé à recevoir les vents.

LOFFER : Se rapprocher du lit du vent. Virer de bord vent arrière.

MAILLON : Ensemble de mailles de chaîne d'une longueur de trente mètres.

MANILLE : Grosse maille démontable servant à relier deux maillons entre eux.

marchepied : Cordage installé sous toute la longueur d'une vergue et servant, comme son nom l'indique de marchepied aux marins lorsqu'ils vont serrer une voile, la déverguer ou l'enverguer ou procéder à de travaux dans la mâture.

marques : Se dit d'un navire chargé jusqu'à ce que l'eau affleure la barre horizontale formant diamètre du disque de franc-bord qui indique le maximum de charge d'immersion permis par les règlements.

MASQUER :
- être surpris par le vent qui vient plus de l'avant, les voiles se collant alors contre les mâts.
- Recevoir le vent sur la face avant des voiles au lieu de le recevoir sur la face arrière comme lorsque le navire fait route.

mat (grand) :
- Mât principal d'un voilier.
- Nom familièrement donné par les marins au capitaine d'un navire à voiles.

MISAINE : Premier mât vertical à l'avant du navire ; Voile basse de ce mât.

MOQUE : Mesure de liquide de contenance diverses avoisinant le litre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Petit lexique maritime   Dim 19 Aoû 2007 - 21:53

Citation :
NABLE : Trou percé dans le fond de l'embarcation pour vidanger celui-ci au sec. Ce trou est obstrué par un tampon.

NAGER : se dit de ramer.

navire ardent : On dit qu'un navire est ardent lorsqu'il tend à rapprocher son cap du lit du vent, ou à lofer.

navire mou : On dit qu'un navire est mou lorsqu'il tend à éloigner son cap du lit du vent ou à arriver ou à abattre.

NEZ : L'avant du navire, de l'embarcation.

NOIR : Etre noir se dit d'un homme ivre mais continuant son travail.

NUAISON : Durée du vent qui souffle dans la même direction.

OEIL : Boucle pratiquée sur un filin.

OEIL DE BOSSE : œil pratiqué dans un filin au nez du doris et servant à introduire le croc du bredindin pour le hisser à bord.

OEUVRES MORTES : Partie de la coque située au-sessus de la flottaison.

OEUVRES VIVES : Partie immergée de la coque.

ORIN : Petit filin fixé d'un côté à une ancre de l'autre à une bouée pour indiquer la présence de la ligne de fond.

PALANQUEE : Ensemble de sacs soulevés en une seule fois.

PAQUET DE MER : Grosse vague qui embarque à bord.

PARC A POISSON : Assemblage de planches formant compartiments pour recevoir le poisson à travailler.

PARE : Prêt.

PATARAS : Hauban mobile de renfort.

PAUMELLE : Espèce de gant de cuir sans doigt garni d'un disque de métal servant à pousser l'aiguille pour coudre les toiles épaisses des voiles.

PERROQUET : Grand ou petit, fixe ou volant. La plus haute voile carrée sur un trois-mâts. Autre partie de mât.

PIEDS NOIRS : Matelots chauffeurs.

PIGOU : Petit appareil métallique pour y fixer une bougie en enfonçant celui-ci dans le bois.

piquer l'heure : Sonner l'heure à bord au moyen de la cloche.

plus près (au) : Se dit de l'allure d'un navire qui fait la route la plus rapprochée du lit du vent.

POINTU : nom donné au poste d'équipage à cause de sa forme pointue suite à l'étrave du navire.

POSTE : Logements de l'équipage sur tous les navires de commerce.

pot au noir : Zone de calmes située un peu au Nord de l'Equateur et où règnent presque constamment des pluies diluviennes.

PRELART : Grosse toile imperméable. Large morceau de toile servant à recouvrir les panneaux.

PRINCES : Les cochons du bord sur tous les voiliers de commerce.

quart (en bas) (en haut) : Bordée de repos. Bordée de veille.

RABAN : Filin servant à fixer un objet à son poste.

racage : Collier d'une vergue enserrant le mât contre lequel on la hisse et qui sert à la guider.

RADOUB : Réparation et calfatage de la coque d'un navire.

RALINGUE : Solide filin cousu sur la bordure d'une voile pour la consolider.

RALINGUER : Orienter parallèlement à la direction du vent.

RAME : Long manche de bois avec une extrémité plate (la pelle) qui sert à faire avancer une embarcation : appelée aussi aviron.

ratelier : Solide madrier supportant les cabillots autour desquels on amarre les manoeuvres courantes.

refuser : Le vent refuse lorsqu'il souffle d'une direction située davantage vers l'avant du navire.

RELACHER : Mouiller sur une rade ou entrer dans un port par nécessité.

RELEVE DU QUART : Changement du personnel de quart.

RIDOIR : Appareil qui sert à tendre un cordage, un hauban.

RIS : Portion de toile qui diminue la surface de la voile dans le sens de la hauteur entre deux renforts de toile appelés bandes de ris ; Bande horizontale des voiles que l'on replie.

ROSE : Rosé des vents en carton tournant chaque jour pour indiquer au patron de chaque doris la direction où ils doivent tendre leurs tentis.

ROUSINER : Ne pas faire grand chose.

rousture : Amarrage solide servant à lier entre elles deux ou plusieurs pièces de bois.

SABORD : Ouverture rectangulaire pratiquée dans la muraille supérieure du navire pour faire évacuer rapidement l'eau.

SAFRAN : Surface du gouvernail faisant suite à la mèche.

SAISIR : Amarrer solidement au moyen d'un filin.

SECOUEE : (prendre une) Subir une forte tempête.

SOUQUER : Serrer fortement. Tirer très fort sur les rames pour avancer, gagner le bord. Naviguer au maximum des possibilités.

suroît - noroît : Vents de sud-ouest ou de nord-ouest.

SURLIURE : Amarrage opéré avec une petite ficelle sur un filin pour l'empêcher de se décorder.

TALON : Extrémité postérieure de la quille sur laquelle s'appuie l'étambot.

TALONNER : Toucher le fond, généralement avec le talon.

TAQUET : Pièce de fer servant à tourner ou à fixer une manœuvre.

TARETS : Vers de mer dont la bouche en forme de tarière attaque les bordés en bois des navires et y fait de longues galeries, provoquant ainsi des voies d'eau ou rendant les voiliers impropres à naviguer.

TIRE-VEILLE : Filin permettant de monter et de descendre dans les embarcations.

TOLET : Cheville de bois plantée dans un trou pratiqué sur la lisse du doris et servant à encastrer la rame (deux tolets par rame).

TORON : Ensemble de fils de carets formant une composante d'un filin. L'on dit, ce filin est composé de deux ou trois torons.

tortue : Abri en bois ou en tôle protégeant l'appareil à gouverner à bord des grands voiliers.

TOSSER : Frapper durement de l'étrave dans la lame.

TOULINE : Petit filin de faible longueur.

TRAVERS : Flanc central du navire

VA ET VIENT : Filin reliant deux points entre eux pour établir une . communication. Un objet glissant dessus peut aller et venir.

VAIGRAGE : Bordés intérieurs du navire qui en général ne sont pas calfatés.

VARIATION DU COMPAS : Angle formé entre le nord astronomique ou vrai et le nord du compas.

VEILLE : Surveillance à l'avant du navire en marche. Ancre de veille : ancre maillée sur une chaîne de mouillage et prête à être filée à l'eau, ancre de remplacement.

vent (au) : Se dit d'un objet ou d'une terre située du côté ou souffle le vent, par rapport au navire.

vent (sous le) : Se dit d'un objet ou d'une terre située du côté opposé à celui ou souffle le vent, par rapport au navire.

vent (serrer le) : Gouverner le plus près possible du lit du vent.

VERGUE : Barre transversale supportant la voile.

Voiles (basses) : Désigne les premières voiles d'un mât en partant du pont.

YOLE : très petite embarcation, aussi youyou
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Petit lexique maritime   Dim 19 Aoû 2007 - 22:27

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petit lexique maritime   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petit lexique maritime
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Guide] Le petit lexique des abréviations
» Petit lexique à l'intention des nouveaux arrivants.
» Petit Lexique du Futur
» Petit lexique Atlante
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marre de cette vie? Venez aux Caraïbes! :: Entre nous, en dehors du jeu :: FLOOD LAND :: Echanges-
Sauter vers: